NAP - La fin du monde

Mi0002081131

NAP - La fin du monde (1998)

Membres : Abd al Malik - Aïssa - Bilal - Karim - Mohammed - Mustapha

Formé en 1988 dans le quartier du Neuhof (Strasbourg), New African Poet se compose d'Abd al Malik, d'Aïssa, de Bilal, de Karim, de Mohammed et de Mustapha. Les premières années, le groupe se produit sur des scènes régionales, acquérant peu à peu une certaine notoriété dans le milieu du rap.

En 1994 leur premier maxi Trop beau pour être vrai, produit par Sulee B, parait sur le label High Skills, label tout juste créé au cœur du Neuhof par Deez Nutz. Leur projet de premier albuml'Art perdu du freestyle, n'aboutira pas en raison de difficultés à trouver un accord avec un distributeur et de demandes d'échantillons refusées.

En 1996 le groupe sort finalement l'album La Racaille sort 1 disque de nouveau chez High Skills, et distribué par Night & Day. Don Lab, producteur local, et Bilal se chargent de la majorité des instrumentaux du disque. Il se vend à 25 000 exemplaires, tandis que paraissent dans la foulée le maxi Je viens des quartiers et son clip.

La reconnaissance de la scène hip-hop et de l'industrie musicale permettent la sortie, en 1998, en licence avec BMG, de leur deuxième album La Fin du monde. Celui-ci est marqué par de nombreuses participations, telles que Wallen (sur le titre Si loin Si proche), Rockin Squat du groupe Assassin et Radical Kicker (Propos sur le pouvoir), Shurik'n (Pas même un sourire) et Freeman (Triangle des Bermudes) du groupe IAMRocca (Sans regret) ou encore Faf Larage (5 ans de répit).

Le groupe signe par la suite un contrat d'artiste avec BMG pour sortir son troisième album : À l'intérieur de nous. High Skills est par ailleurs racheté en 2004 par la société Clair 2 Lune.

Le best-of est sorti le 17 novembre 2008, la sortie du best-of " UN MONDE PERDU". Album collector 2 CD et 1 DVD. On y retrouve notamment les participations de Rockin' Squat (Assassin), Shurik'n et Freeman (IAM), Rocca, Faf La Rage, Wallen, Sté Strausz, . . .

Un premier CD avec les versions originales, un second avec des versions remixées par DJ Nelson, et enfin un DVD de clips, vidéos et interviews.

Tous ce qui va suivre est une analyse propre à moi-même et n'a aucune prétention

 Il faut savoir que cette album, la fin du monde est donc le deuxième album de NAP sorti en 1998, il y a sur cette album à mon sens une réelle recherche pour les instrus, (certaines classiques je l'accorde)  mais à mon sens on ressent en écoutant l'album une volonté des NAP de vouloir faire ressortir toutes leurs cultures et influences, Strabourgeoise, africaine, un rapport à l'Islam, qui reflète du coup une réelle diversité dans l'album et bien sûr, ce côté vie de mec de quartier.

Mais ce qui est intéressant je trouve c'est que oui c'est des rappeurs, oui c'est un album de rap mais il y a mon sens, un côté artistique qui va plus loin que le rap, alors je sais pas si c'est l'influence plus tardive d'Abd Al Malik qui me fait dire ça, mais sans vouloir paraitre con, je dirai que cet Album à un côté artistique plus loin que celui de "simple album de rap".

Alors je trouve que la manière de poser à un côté assez Old School, plutôt parlé, qui donne du coup un côté un peu vieillot mais pour ma part ne rebute pas à l'écoute de l'album, au contraire je trouve qu'il y a un côté "charnière" entre Ancienne et Nouvelle école, après à chacun de ce faire une idée à l'écoute des titres.

Bien sûr, bien sûr, bien sûr, un MC ressort du groupe, c'est Abd Al Malik, on sent déjà la plume du mec, tranchante, des images balancés les unes à la suite des autres qu'on prend en pleine gueule, avec ce côté street qui désormais à disparu par rapport à ces derniers albums, qui du coup donne un style "nouveau" à Abd Al Malik contrairement à ce qu'on peut voir de lui désormais (en aucun cas je démérite ce qu'il fait maintenant).

Bref, un groupe à découvrir, on peut accrocher ou pas, tout dépend de ce que l'on recherche, mais je trouve que c'est une mise en bouche pas trop désagréable, la seule chose que j'aurai à reprocher à cet album par moment c'est la redondance des sujets dans la manière par laquelle ils sont abordés, étant donné le flow plutôt posé, c'est vrai que ça peut manquer de patate par moment et qu'un petit coup de fouet à l'instru ferait pas de mal.

Mais c'est aussi là la marque de fabrique de NAP, est-ce qu'on pourrait qualifier NAP de Rap Conscient ? Possible, à vous de vous faire une idée.

L'écoute gratuite de l'Album ne veut pas dire de ne pas l'acheter ;)

Lien :

NAP - La fin du monde (1998)

  1. Le message (intro)
  2. La fin du monde
  3. Le chant des signes (avec Ste Strausz)
  4. Ita est (avec Lisa Doby)
  5. Si loin si proche (avec Wallen)
  6. Au sommet de Paris (avec Kohndo)
  7. Le ghetto pleure
  8. La ligne du 14
  9. 5 ans de répit (avec Faf Larage)
  10. L'impasse
  11. Sans regret (avec Rocca)
  12. Pas même un sourire (avec Shurik'N)
  13. Au revoir à jamais
  14. Le triangle des bermudes (avec Freeman)
  15. Propos sur le pouvoir (avec Rockin'Squat et Radical Kicker)
  16. Jeux de guerre
  17. Les maitres du monde
  18. Demain fera le reste

Rap NAP 1998